Initiative For Indigenous Futures

an Aboriginal Territories in Cyberspace production

160 cm tatoué dans Second Life, Machinima

2016

160 cm tatoué dans Second Life

160 cm dans Second Life est une tentative de reproduction du vidéo documentant la performance intitulée 160 cm Line Tattooed on 4 People mise en place par l’artiste Santiago Sierra en 2000 à El Gallo Arte Contemporáneo in Salamanca en Espagne. Il s’agit d’une performance pour laquelle Sierra a payé quatre prostituées héroïnomanes pour se faire tatouer une ligne dans le dos dans un espace d’exposition. L’artiste l’explique ainsi : « Four prosititutes addicted to heroin were hired for the price of a shot of heroin to give their consent to be tattooed. Normally they charge 2,000 or 3,000 pesetas, between 15 and 17 dollars, for fellatio, while the price of a shot of heroin is around 12,000 pesetas, about 67 dollars. »[1] Selon l’artiste, ce type de performance cherche à confronter les problématiques du travail et des minorités dans une économie capitaliste mondiale. En intégrant ces formes d’exploitation dans le milieu de l’art, Sierra travaille sur les frontières de l’éthique.

La re-performance dans Second Life a d’abord cherché à mettre de l’avant son statut de reproduction en utilisant une capture d’écran de la première image de la vidéo originale disponible sur YouTube (https://www.youtube.com/watch?v=w7P9YMwIfxc). Le machinima se termine également sur une reproduction de la photographie iconique de la performance. Reperformer ce projet controversé dans Second Life permet de pointer différentes interrogations sur l’hypersexualisation, les genres, le marché capitaliste, les fantasmes et la marginalité dans la plate-forme Second Life.

Christelle Proulx

160cm

[1] http://www.tate.org.uk/art/artworks/sierra-160-cm-line-tattooed-on-4-people-el-gallo-arte-contemporaneo-salamanca-spain-t11852/text-summary